La Question interdite.

Le mécanisme de l'évolution de la connaissance de l'esprit. Suite du travail sur le livre Le Moi divisé (The Divided self, paru en
1959 de Ronald D. Laing.
Texte de Michel Dakar, chercheur en politique globale, autonome, Villequier, le 5 juin 2017.
http://www.le-totalitarisme-en-copropriete.net/la-question-interdite.html

Illustration :
http://www.le-totalitarisme-en-copropriete.net/francois-chatelain-menagerie-fye.html




Le mécanisme de l'évolution de la connaissance de l'esprit.


1 - Analyse générale.

La connaissance de l'esprit est aussi interdite que l'était sous le régime féodal de l'église chrétienne en Europe celle du corps humain qu'il était interdit de disséquer.

Toute avancée dans la connaissance de l'esprit est concomitante ou suivie d'une répression, cette répression pouvant prendre différentes formes, la mise à l'écart, la décrédibilisation, l'oubli de l'avancée, des manœuvres de confusion, la production d'avancées fallacieuses, entre autres.

Pour se borner à la période récente, depuis le 19ème siècle européen, voici l'exposé de ce mouvement de marée, de flux et de reflux, le flux recouvrant la réalité et le reflux, qui est reflux de la censure, découvrant une part de réalité supplémentaire. Certaines époques correspondent à des grandes marées, où il se découvre de grandes étendues de réalité jusqu'alors non-visibles, comme il peut se remasquer à nouveau
de grandes étendues de réalité.

On notera l'emploi du terme « censure », caractéristique du domaine politique et policier, la recherche en connaissance de l'esprit, de ce qu'est l'esprit, étant un domaine purement politique, ni religieux, ni philosophique, ni littéraire, et ni médical comprenant
la psychiatrie, la psychologie, la psychanalyse et le nouveau sous-domaine de la neurobiologie, illustré par le fils de boucher vivisecteur d'animaux martyrs et impuissants, le chercheur américain Joseph Ledoux.

L'ouvrage de Ronald D. Laing apporte une définition de ce qu'est le domaine de la connaissance de l'esprit, à son avant-propos.

Il s'agit de l' « existentialité », que je peux préciser par la question de « qu'est-ce que être ? ».

Il est visiblement interdit politiquement de poser et de se poser cette question.

On peut tenter d'y répondre, voici le fruit d'une première tentative :

Il est interdit de poser cette question, car le fait de la poser revient à remettre en question le mode d'être instauré.

Pour affermir le propos, la connaissance de l'esprit qui se nomme l'existentialité, est une science du domaine politique, qui doit être incluse dans le domaine des sciences politiques qui renferme déjà la
science du pouvoir et de ses mécanismes, celle de la stratégie, de la guerre, du rapport de force et autres jeux de go et d'échec.

Un autre chercheur que Laing apporte une définition du principe fondant la censure dans le domaine de l'existentialité, il s'agit du chercheur Gregory Bateson, appartenant à la même période historique et au même mouvement de reflux de censure que Laing. Ce principe est celui de la « double contrainte » ( double bind ).



2 - Rétrospective de la période récente de l'évolution en connaissance de l'esprit, ou existentialité.

Selon l'ouvrage inspiré de Ronald D. Laing, qui n'était en réalité pas un psychiatre, mais un créateur affranchi de tout enfermement dans une fonction sociale censurant par nature
les capacités existentielles humaines, la première phase progressive de la période récente d'évolution de la science de la connaissance de l'esprit, ou existentialité est celle de :

- la philosophie existentielle ou phénoménologique, apparue au 19ème siècle en Europe.

Il cite : Kierkegaard ; Jaspers, Heidegger, Sartre, Binswanger, Tillich, entre autres.

Cette phase progressiste a été accompagnée d'un mouvement de réaction et de conservatisme, dissimulé derrière des apparences progressistes, d'une part des médecins aliénistes au 19ème siècle européen dont la fonction était de gérer les désordres sociaux provoqués par les aliénés et usant principalement de la coercition physique, et du mouvement psychanalytique créé par Freud, dont la fonction était de gérer les cas ne nécessitant pas la coercition physique. Ces deux mouvements policiers se présentaient comme agissant dans l'intérêt des sujets, afin de faire cesser leurs souffrances.

Cette réaction a été suivie au 20ème siècle en Occident, par la reprise du mouvement progressiste qui s'est dénommé anti-psychiatrie, dont Ronald D. Laing est l'un des exemples, avec David Cooper et Gregory Bateson. Un élément qu'on peut considérer comme appartenant à ce mouvement progressiste est John Bowlby, un médecin observateur de la relation parent-enfant.

La continuation du mouvement régressif s'est de nouveau manifestée à la suite du mouvement anti-psychiatrique, à la fin du 20ème siècle et au début du 21ème, avec la mouvance européenne des « continuateurs » de Bateson, et des exégètes de l'anti-psychiatrie, en fait des anti-anti-psychiatres, tel l'auteur du livre «Les Anti-psychiatres, une histoire », Jacques Hochmann, Jean-Claude Benoit, « Bateson : La génèse des thérapies familiales », et l'ouvrage collectif sous la direction de Jean-Jacques Wittezaele « La Double contrainte, l'influence des paradoxes de Bateson en Sciences humaines ». On doit aussi noter le développement au sein de ce mouvement général de réaction policière, la présence d'une sous-partie de ce mouvement spécialisée en neurobiologie, illustrée par l'américain Joseph Ledoux, réduisant la connaissance de l'esprit à des pratiques de neuro-chirurgie, dont les prémices ont été les castrations cérébrales telle la lobotomie.

On peut inclure dans ce courant général de répression de l'existentialité, les travaux des psychologues judéo-américains, tels Martin Seligman, inspirateur des tortionnaires de Guantanamo, et des autres médecins judéo-américains promoteurs du programme MK Ultra, Artichok, Bluebird et autres de la CIA du temps de la guerre froide, tel le docteur Gotlieb.

Le moment actuel, à la date de la rédaction de ce texte, est celui de l'hivers de l'esprit, l'instant propice de germination de la prochaine avancée dans la connaissance de l'esprit.




3 - Six remarques d'étape sur des éléments fondamentaux tirés de l'ouvrage de Ronald D. Laing The Divided self (Le Moi divisé).


Première remarque :

Il cite dans son chapitre 1 « Les fondements phénoménologico-existentiels d'une science des personnes », Wittgenstein « la pensée
est langage », pour attirer l'attention sur le fait que le vocabulaire des sciences officielles qui étudient la personne, telles la psychiatrie, la psychologie, et aussi la psychanalyse, excluent la prise en compte de la personne dans sa totalité, et ne traitent que d'aspects séparés de la personne, que ce vocabulaire sectionne la personne, qu'il n'existe pas de concept dans la pensée officielle pour une totalité unique de la personne, alors que la personne est une totalité unique. En fait, là tranparaît ce que Laing n'était pas capable d'aborder, qu'on se trouve là devant la méthode banale de diviser pour régner, appliquée dans les sciences officielles de la personne, à travers leurs langages même, ce qui est le meilleur moyen d'interdire la prise en compte de la totalité d'une personne. Le but de sectionner la personne est de la dominer, et les sciences officielles de la personne ne visent qu'à l'exercice de la domination sur les personnes.


Seconde remarque :

Il faut relever une formulation dans le premier chapitre du Moi divisé de Laing devant servir de fondation à l'ouverture d'un chemin de recherche existentielle :
« Comment parler de manière adéquate de rapports existants entre nous ( moi et vous ) en termes d'interaction de deux systèmes mentaux ? ».


Troisième remarque :

Un autre éléments de fondation pour l'ouverture d'un chemin de recherche existentielle :

« Comment dire ce que signifie « se cacher quelque chose à soi-même » ou « se mentir à soi-même » en parlant de barrières entre deux parties d'un système mental ? »


Quatrième remarque :

Plus après dans l'ouvrage de Laing, Le Moi divisé, apparaît la constation que l'univers mental de la personne scindée et séparée du monde, laquelle est le modèle de l'individu normal de notre société humaine actuelle, s'appauvrit de plus en plus, car elle ne peut plus se nourrir du réel, elle ne peut que puiser en elle-même les éléments pour alimenter son fonctionnement mental.

C'est ce qui est en train d'arriver à l'échelle de l'ensemble de l'humanité.

La créativité est en voie de disparition, il n'y a plus de production d'oeuvre dans la totalité des domaines de créativité, et encore pire, on est en train de perdre des pans entiers d'oeuvres, des pans entiers de mémoire.

L'humanité est en train de connaître ce que Laing avait constaté chez l'individu qui se coupe de manière radicale du réel, la mort psychique.


Cinquième remarque :

Ce que Laing a pressenti, de même que les antipsychiatres, est que ce que la psychiatrie officielle dénomme les fous, sont en réalité les personnes les plus fondamentalement saines, et que l'univers mental de la société dite normale est insupportable pour elles, au point que pour qu'elles préservent leur essence saine, elles développent des mécanismes de sauvegarde, qui apparaissent aux yeux des psychiatres, comme des maladies mentales. C'est simplement le principe politique de l'inversion des valeurs qu'ont pressenti Laing et les antipsychiatres.
Sauf qu'à partir de notre époque, c'est d'un mouvement de masse qu'il s'agit, la société humaine devenant insupportable, non-pas pour une minorité douée, intègre et supérieure en intégrité et en créativité, en qualités de la personne, mais pour la masse moyenne, pour les individus banals, médiocres.
Nous constaterons les mêmes processus dans la masse moyenne de préservation du noyau intègre de la personne, que chez les individus d'exception que sont les malades mentaux. Le siècle 21ème promet de ce point de vue d'être passionnant.


Sixième remarque :

Il faut aussi faire l'effort de se pencher sur la personnalité de ceux qu'on dénomme psychiatres, psychologues et autres psychanalystes. Il pourrait s'agir du profil type du personnage qui se camoufle derrière une apparence altruiste pour assouvir un désir de domination, trouvant sa jouissance dans la souffrance qu'il provoque chez autrui. Le surnom du docteur Landau, le médecin chef de l'asile psychiatrique soviétique principal, l'institut Serbski, était « tsar des bourreaux ». La définition de ce type de personnage dans la nomenclature officielle de la psychiatrie est celle de pervers. Le docteur Landau avait créé une dénomination appropriée de maladie pour les dissidents politiques. Ils étaient atteints de shizophrénie asymptomatique. Quant à l'application du principe fondamental mis à jour par Gregory Bateson, dénommé par lui « double bind », ou injonction paradoxale, contradictoire, il est mis en pratique de façon systématique par les polices politiques de tous les pays. Quant à la découverte de John Bowlby, sur les rapports faux de la mère à l'enfant, dans sa théorie de l'attachement, il n'a pas osé voir qu'il ne s'agit que de la pratique dans le domaine familial du procédé du double-langage, banalement utilisé par tous les organes du pouvoir, et qui s'étend jusque dans le domaine le plus intime. La base même de la conformation sociale psychique étant fondée sur le double-langage et l'injonction paradoxale, sont appliqués dès la naissance au sein des familles. Ceux qui s'adaptent à ce conditionnement déstructurant de la personne, la scindant en de multiples îlots isolés les uns des autres, sont des individus dits normaux, adaptés, conformes. Ceux qui rejetent cette atteinte sont considérés comme aliénés, dissidents, révoltés, originaux, marginaux, excentriques. La machinerie sociale produit en masse des êtres atrophiés, diminués, ce qui est la norme. Ceux qui sont épanouis, intègres, sont condamnés à dissimuler, à feindre d'être diminués, aliénés pour survivre.



Illustration : François Chatelain (1899 - 1988) et sa femme (anciens agriculteurs), sa Ménagerie en bordure de la nationale 138 à Fye, près d'Alençon, France. Du côté de l'art brut, de Michel Ragon, Albin Michel 1996.
http://www.le-totalitarisme-en-copropriete.net/francois-chatelain-menagerie-fye.html